Montgomery + Disco Doom @ le ferrailleur, Nantes, le 29/01/11

Retour sur la soirée au  ferrailleur qui accueillait  ce soir la deux groupes assez différents, les Rennais de Montgomery et les Suisses de Disco Doom.

Vers 21h30, le rideau s’ouvre et le concert de  Montgomery peut commencer malgré la faible affluence pour un samedi soir, à peine une cinquantaine de personnes présentes, la salle se remplira petit a petit… Les 5 Rennais enchainent leurs chansons pendant environ une heure, alternant entre une pop foutraque bien alambiquée et des passages beaucoup plus noise. Le son est chargé,  les deux guitares, la basse, les claviers vintage, les quatre chants,  la batterie et une autre « demi batterie » au milieu de la scène s’entremêlent dans des arrangements carrément lunaires. On pense à Animal Collective, on pense à Grandaddy, le groupe délivre de véritables petites perles indie pop.  Malheureusement le son n’est pas à la hauteur, surement pour des raisons budgétaires, le groupe n’est pas accompagné d’un sonorisateur. Et sonoriser pour la première fois un groupe aussi riche musicalement avec des morceaux qui partent  dans tous les sens n’est vraiment pas chose aisée ! Certains morceaux se transforment donc en une véritable bouillie et on passera largement a coté des harmonies vocales, pourtant si importantes dans la musique de Montgomey, sans parler des paroles en français donc on ne distinguera que quelques mots éparpillés… Dommage…

23h00 – Les Disco Doom,  une découverte pour nous,  entrent   en scène, formation  beaucoup plus classique que Montgomery, le trio suisse se compose d’un guitariste chanteur, d’un batteur et d’une bassiste jouant aussi quelques notes de claviers. Tous trois affichent une petite quarantaine, on apprend par la presse locale que le groupe en est à sa seizième année d’existence. Le concert commence par le titre «Trux reverb » qui ouvre leur nouvel album du même nom. Juste quelques notes de guitare qui s’enchainent en slide avec une solide distorsion, le ton est posé. Le groupe que l’on attendait comme uniquement expérimental, noise et déglingué se révèle l’auteur de très très bonnes chansons indie rock très 90’s, un régal ! Bien sur le set fait la part belle aux nappes bruitistes a la Sonic Youth mais aussi a des chansons plus calmes laissant retomber la pression. Le trio est attachant, on sent que ceux la ne lachent rien depuis de nombreuses années, la bassiste affiche un visage très serein, posé, elle sourit tout le temps, le batteur perdra ses lunettes dès le deuxième morceau ce qui a l’air très problématique, il ne les retrouvera pas de tout le concert mais assurera quand même un set sans faute ! Bravo a lui et longue vie a Disco Doom !

www.myspace.com/chezmontgomery

www.myspace.com/discodoom

www.discodoom.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>