Le système « D-Light » met en lumière « Rhinocéros » au Grand T

Les trois premières semaines de mars, le Théatre de la ville à investi le Grand T de Nantes, pour la re-création de « Rhinocéros », une pièce d’Eugène Ionesco de la fin des années 50. Une ville frappée d’un mal étrange, ou les habitants se transforment un à un en rhinocéros, fort parallèle avec la montée du fascisme dans les années 30. Deux semaines de répèt donc et cinq représentations à guichets fermés, l’occasion de rencontrer l’éclairagiste, Nicolas Bats, créateur du système D-Light.

– Salut Nico, alors en quelques mots c’est quoi le système D-Light ?
D-Light est un logiciel pour les éclairagistes qui permet de remplacer un pupitre lumière. Il tourne avec les systèmes d’exploitations les plus connus (Mac, Windows, Linux), on connecte son ordinateur au DMX de la salle via un convertisseur USB/DMX. Il est essentiellement dédié au théatre et à la danse, donc plus à des spectacles qui necessitent de nombreuses mémoires. Il permet de controler tout l’éclairage traditionnel d’un spectacle, pas encore les projecteurs automatiques, qui fonctionnent avec une autre logique.

– Quels sont les atouts de D-Light ?
Le principal avantage est d’avoir tout son spectacle en mémoire dans l’ordinateur et de ne pas avoir à retaper la conduite à chaque fois qu’on change de ville. C’est très pratique en tournée, on ne perd plus de temps à apprendre le fonctionnement d’un nouveau jeu d’orgues (console lumière) à chaque fois, on est complètement autonome, plus besoin d’être assisté  du pupitreur de la salle qui est souvent le seul à connaitre sa console. On peut tout régler comme sur un pupitre traditionnel, intensité, temps de montées et de descente d’un effet,… On peut gèrer 4 univers DMX en meme temps, soit 2048 circuits, avec un nombre de mémoires illimités. Il est très simple à utiliser, n’importe qui peut faire de la lumière facilement avec D-Light, ce qui était l’un des objectifs du logiciel.


A gauche, D-Light installé sur un Mac avec un petit controleur MIDI Korg, à droite un pupitre traditionnel

-Alors concrètement, comment on controle D-Light ?
On peut le controler avec la souris et des raccourcis claviers personnalisables, mais aussi avec un controleur MIDI externe. On peut aussi déclencher des séquences avec des capteurs, avec des informations provenant d’autres logiciels, D-Light est une interface entre la lumière et… plein d’autres choses. J’ai même un ami qui fait de la lumière avec son harmonica, avec un petit logiciel de reconnaissance de son !

-Quel bagage as tu pour avoir conçu un logiciel pareil ? Tu as du y passer un vrai temps ?

J’ai fait trois ans d’études lumières à l’ENSATT à Lyon, entre 1998 et 2001. Ca fait environ huit ans que j’ai commencer à développer D-Light. Je n’avais pas de connaissances particulières en informatique, j’ai tout appris sur internet, le code et cie… Le logiciel est entièrement programmé avec le langage C. C’est sur que ça me prend pas mal de temps, depuis un ou deux ans
je lance au moins une mise à jour par semaine. D-Light est en perpétuelle évolution grâce à l’interaction avec les utilisateurs qui me font remonter les éventuels problèmes qu’ils rencontrent et des idées pour l’améliorer.

-Alors justement, comment se procure t’on D-Light et qui sont les utilisateurs ?
Le programme est téléchargeable gratuitement sur mon site à condition de s’inscrire sur le forum. Les utilisateurs sont des éclairagistes du monde entier, il y a une vrai communauté qui s’est formée autour du programme, il y a aujourd’hui plus de deux mille inscrits sur le forum. Les gens échangent leurs astuces et expériences entre eux directement, je n’ai même plus besoin de répondre à tout le monde et de les mettre en relation. Ils sont bien sur invités à participer à l’amélioration du programme, et puis si il y a des généreux… La partie internet prend beaucoup de temps aussi, il faut mettre le site à jour, etc… Un jour un hacker brésilien m’a complètement détruit le site !!

-La suite ? Est ce qu’on trouvera un jour D-Light dans le commerce ?
Non, le programme sera toujours gratuit, l’esprit du logiciel est qu’il soit accessible au plus grand nombre. De plus, il est assez léger, pas besoin d’avoir un ordinateur hors de prix pour le faire fonctionner. Je commence à penser à un controleur MIDI avec des spécificités pour les métiers de la lumière…

le site de D-Light : www.nicole-banana.com

Spécial dédicace aux ateliers du Grand T qui ont réalisé une dizaine de magnifiques têtes de rhinocéros et à la team du spectacle, Nico, Jeff, Stan, Romain, Séverine et Victor.

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>