Retour sur les soirées curieuses @ LU, 2ème partie, Sonic Protest

Souvent en repartant du Lieu Unique, interloqués par des shows expérimentaux, hébétés par des performances improbables, on se dit que cette fois ça y est, on aura tout vu. Et bien c’était sans compter sur le festival parisien, Sonic Protest. Spécialisé dans les musiques barrées et expérimentales, le festival se délocalisait pour la première fois en province en étant l’invité et programmateur de la « Soirée Curieuse #5″

Ca commence très fort avec les Melted Men, un mystérieux combo américano-néerlandais francophone (?). Le groupe est tête d’affiche mais joue en premier à cause de son imposante installation, les photos et vidéos sont rigoureusement interdites pendant leur performance. Les « musiciens » arrivent déguisés des pieds à la tête, genre Ku Klux Klan psychédélique, et là attention les yeux, c’est parti. Ils mettent en marche une bétonnière posée devant la scène, contenant un squelette en plastique, puis lui emballe la tête avec du film alimentaire avant de le trainer au sol au milieu du public. Plus tard, une soucoupe volante vole au dessus de l’avant scène, deux types sur trois se retrouvent très vite à poil. L’autre type fait cuire du boudin, avant de faire des croques-monsieurs avec un fer à repasser. Une femme nue et masquée est allongée dans un petit théâtre à jardin de la scène, elle se fait enduire de chocolat chaud par les trois types. Ils emmènent tout le public dans la salle d’à côté et se coupent les ongles de pied en silence…A la fin, un tuyau relié à une soufflerie recouvre le sol de pop-corn.
Niveau musique, des samplers et claviers MIDI déchainés se mélangent avec des timbales, toms de batterie et percussions. Au centre un étrange carillon en bambou, genre indonésien, amène une inattendue touche world au bordel ambiant. Au chant un type braille jusqu’à s’époumoner, le tout donne une électro-indus survoltée avec des sonorités asiatiques pas désagréables. Alors, est ce que c’était bien ? Comme d’habitude dans ce genre de cas, pas évident de se faire une opinion, entre des moments étonnants et vraiment funs et des passages carrément lourds et puérils… Si on y ajoute une musique inégale… Mais  ce coup ci ça y est on aura vraiment tout vu ! Et merde, j’ai marché dans du boudin….

.

On continue avec Mat Pogo, un italien discret, longue barbe et crane rasé, lunettes carrées et chapeau de feutre. Le gars est au centre du public, sur une table il a posé sa mixette, son lecteur CD et son micro. Il s’agit d’une performance buccale (et non vocale), le type se tord, se contorsionne, a les yeux exorbités puis fermés. Il  émet tout un tas de sons avec sa bouche, sa gorge, son nez mais rien à voir avec du beat box… très étonnant, voir dérangeant, il nous donne bien mal à la gorge. Il semble pourtant nous raconter une histoire tantôt joyeuse, tantôt triste, on ne sait pas vraiment… Son cd lui donne une sorte de voix off, lui amenant une doublure pitchée, répétée, triturée à la mixette. Surprenant.

.

On termine avec France, un trio auvergnat avec basse, batterie et vielle à roue. Pas grand chose à dire sur ce concert, étant donné que le groupe a joué la même boucle pendant une heure. Le batteur tape le même poum tchak tchak, le bassiste se déchaine sur les deux même notes sur le haut du manche, seule la vielle à roue émet quelques variations, parfois grave, parfois stridente. Le groupe donne une sorte de musique ancienne saturée, une sorte de transe répétitive évoluant seulement sur les intensités.
Sympa cinq minutes, mais une heure c’est long…

.

.

.

.

Pendant les interludes, on a pu assister à une parodie plutôt marrante du célèbre jeu de troquet Rapido. Plus ou moins le même principe, vous pariez sur des numéros, le tirage a lieu sur des écrans plats diffusant des diaporamas loufoques et de la musique 8 bits, si vos numéros sortent vous gagnez une bière.  Un Dj passait aussi des 45 tours et des types faisaient de la sérigraphie estampillée Sonic Protest sur des affiches, des T-shirts et même des guitares ! Au final, une soirée mitigée avec des hauts et des bas qui a attiré seulement une cinquantaine de personnes, mais qui a le mérite de nous sortir des sentiers battus de la musique, pour le meilleur et pour le pire…

www.sonicprotest.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>