Antifolk déglinguée au VIP, retour sur le concert de GaBlé à St-Nazaire

Bon, GaBlé vous savez qu’ici on adore. Cet incroyable groupe originaire de Normandie était de retour dans le coin cette semaine, avec un concert jeudi au VIP de Saint-Nazaire, et  un arrêt aux 3 éléphants vendredi soir.

Comme lors de leur passage à l’Olympic de Nantes au mois de mars, il y a peu de monde dans la salle, à peine une centaine de personnes, en comptant les groupes, techniciens, etc… La soirée commence avec The Delano Orchestra. Un groupe originaire de Clermont-Ferrand, qui donne dans la pop-folk sirupeuse. Une formation rock assez classique, deux guitares, basse et batterie, agrémentée d’un clavier, d’un violoncelle et d’une trompette. Allons y direct, on s’ennuie ferme pendant cette succession de balades mélancoliques. Grace aux arrangements avec la trompette, on pense par moment a Beirut ou Fleet Foxes, en moins abouti. Ca s’électrise un peu plus sur la fin avec des guitares électriques tout en disto et reverb qui font monter un peu la pression. C’est bien fait, c’est bien joué, c’est joli, mais c’est vraiment trop lent, trop triste… Si on y ajoute un chanteur paralysé de timidité à chaque fois qu’il s’adresse au public, pas facile de rentrer dans leur univers sans prendre d’antidépresseurs…

GaBlé installe ensuite son bric à brac sur scène, des éléments de batterie à jardin, un clavier et des xylophones à cour, un sampler et une guitare au centre, et des tas de petits accessoires. Et c’est parti, pendant une heure quinze le trio va enchainer ses courtes chansons déglinguées. Leur musique, entre pop foutraque et anti-folk, est ultra contagieuse, avec des petites chansonnettes délicates et des passages carrément noisy. Presque tous les morceaux sont soutenus par un sampler, avec des boucles, des nappes sonores et des tas d’échantillons loufoques, des cris d’ânes, des klaxons… Certains passages sont bien théâtralisés, les GaBlé vous regardent parfois avec des yeux exorbités, scandent nerveusement des paroles en onomatopées, vont vous chercher pour vous bousculer et vous surprendre. Des tas d’accessoires improbables sont utilisés, une flute à bec, un mini magnétophone, des clochettes, une cagette en bois qui finit explosée…
Des ampoules visées sur des pieds de micros éclairent la scène, l’effet est déjà vu mais plutôt réussi. A la fin, le trompettiste de The Delano Orchestra est invité à rejoindre le trio pour un morceau. Puis le chanteur guitariste de GaBlé couvert d’un masque d’Elvis entame un rock-twist endiablé, dansant comme le king. Au final, on a vu un excellent concert du trio caennais, moment rare de voir un groupe si original et si décalé, hors des modes et des sentiers battus.

Retrouvez des chansons de GaBlé dans nos playlists
www.gableboulga.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>