La belle rentrée des concerts Nantais

Après une longue pause estivale, Faderpaper est de retour avec ses livereports. Et ça reprend très fort à Nantes, avec déjà trois belles soirées la semaine dernière dans les clubs locaux.

Club Julie Dance @ Lieu Unique, le 10 septembre :

C’est LE samedi soir de la rentrée et il y a une sérieuse envie de guincher dans l’air, l’invitation Club Julie Dance tombe à pic. La soirée commence dans le grand atelier du LU avec non pas 1, ni 2 mais 3 boules à facettes, si ça ce n’est pas la fête, je ne sais pas ce qu’il vous faut ! Garçons Mutant Disco Project, le remix de l’album Garçons de Patrick Vidal, ouvre le bal, avec un air de retour vers le futur. On les dirait tout juste décongelés de 1979 avec tout le meilleur du son eighty, ça me plaît bien. Les lumières tourbillonnent, c’est dommage que l’on n’ait pas retrouvé nos rollers fluos, une roller dance party , ça aurait pu être canon (mais un peu risqué). Bref, la bonne idée c’est que James Chance enchaîne depuis le bar, pas de temps mort, le temps de se réapprovisionner et on s’approche un peu méfiant quand même, le saxo c’est pas mon truc normalement. Un peu déçue de son djset, car finalement je m’habitue au saxo mais il chante en playback et a beaucoup perdu de sa superbe, sa banane ne tient plus et cela me rend le personnage un peu triste.
Mais les stars de la soirée ce sont les sisters new-Yorkaises d’ESG. Si vous ne les connaissez pas, vous les avez sûrement déjà entendu 100000 fois, leurs morceaux ont été samplés à moultes reprises. Elles ont un son bien à elles; du post punk groovy avec une ligne de basse très froide : ça chauffe, ça monte presque en ébullition et puis ça redescend, toujours un peu au bord de la frustration d’une explosion de groove. Un peu à l’image du physique diamétralement opposé entre les chanteuses en mini-pushup et chaloupement extravagant et polo casquette stricte. Certains ont pu être un peu déçu mais pour ma part ça m’a bien plu. L’équipe de Rough Trade continuait la soirée par un dj set au bar, une bonne soirée groovy baby donc.

Piano Chat + Petit Fantôme @ Le Violon Dingue, le 13 septembre :
Déjà passé par le festival Teriaki au Mans fin aout, le Tourangeau Piano Chat fait étape ce soir sous le lustre du Violon Dingue. Vous en avez assez de tous les one man band clones de Bob Log III qui recyclent tous le même blues garage ? Avec Piano Chat on découvre l’ indie one man band. Avec sa guitare, sa multitude de pédales (boucles, écho, reverb), sa caisse claire, sa cymbale et son vieux clavier, Marceau Boré distille une excellente indie power pop.
On passe par tous les états, entre des morceaux instrumentaux très noise, des passages furieusement dancefloor, et des moments touchants, quand la voix façon chorale est juste accompagnée par le son 80’s du clavier. L’homme parait prendre un plaisir énorme entouré par le public, exalté, lunaire, toute son installation parait terriblement bancale mais fonctionne à merveille, « bon alors là ça déconne, du coup on va essayer un truc encore plus dingue ! ». On vous encourage vivement à découvrir son très bon EP Ours Molaire sorti sur Kythibong.

En deuxième partie on découvre Petit Fantôme, projet solo de Pierre Loustaunau, officiant dans François and the Atlas Moutains et Crane Angels. Le Bordelais est entouré sur scène de cinq musiciens,  serrés comme des sardines sur la petite scène du Violon Dingue. Avec guitare, basse, batterie, claviers et deux cuivres, le tout est très riche musicalement. Le groupe offre des chansons pop avec beaucoup d’arrangements qui se donnent un coté faussement bricolées, avec de nombreuses harmonies vocales. Les textes en français ont un côté nonchalants et naifs, on y retrouve, la mer, les vacances, la plage…
Avouons le, ça ne nous a pas franchement emballé, un côté précieux émane du groupe, ça le se la pète un peu, ça parle beaucoup pour pas dire grand chose. Certains passages de cette futur pop, mêlée à des arrangements de cuivres et agrémentée de ce côté chorale, sont pourtant réussis mais l’ensemble ne nous a pas vraiment convaincu.


www.pianochat.fr
www.petitfantome.com

Shiko Shiko @ Le Remorqueur, le 17 septembre :
Pour nous le Remorqueur, c’était toujours ce lieu de dépravation nocturne ou un groupe de Roumains jouaient tous les soirs de l’accordéon et du Bontempi jusqu’à l’écoeurement. Et bien tout ça c’est du passé, depuis quelques mois des patrons souriants et qui semblent avoir des bons gouts musicaux ont repris l’affaire. La preuve avec ce concert de Shiko Shiko programmé par Yamoy.
Les quatre Lillois débarquent sur le bateau avec tout leur attirail, guitare-basse-batterie, plus de nombreuses pédales et claviers, un tom basse supplémentaire au chant et même une grosse caisse sur pieds. On suit le groupe depuis quelques mois, conquis par leur excellent EP Ohayô, et on peut dire tout de suite que ce concert était à la hauteur de nos espérances. Leur furieux disco-math-rock est tout simplement irrésistible, avec des titres d’une fraicheur plus que bienvenue qui font penser à Battles, Health ou Animal Collective. Le groupe s’éclate d’une manière contagieuse, le bassiste porte un masque de catcheur mexicain, le chanteur se suspend aux poutres du vieux bateau, traverse le public avec sa guitare synthé, le quatuor hurle, tabasse les éléments de batterie. Bref, les nordistes nous ont offert un grand moment, avec leur musique complexe bourrée de breaks et d’arrangements foutraques, mais pourtant ultra dansante. Le groupe sera le 2 décembre sur la scène de l’Ubu à Rennes dans le cadre des Transmusicales, on leur souhaite bonne chance pour ce concert important, qu’il leur ouvre les portes des salles françaises, ils le méritent amplement !


www.laybell.net/shikoshiko

Retrouvez les bons concerts à venir de la rentrée sur notre page agenda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>