Le bilan prometteur du premier mois d’activisme au Stakhanov

Fin décembre, le Stakhanov ouvrait ses portes en plein coeur du quartier Bouffay. On l’attendait, on ne l’espérait plus, mais ça y est Nantes possède désormais un club rock digne de ce nom dans le centre.

On ne peut pas dire non plus que Nantes était totalement dépourvue d’endroits de perditions dans le genre. Entre le Violon Dingue, la Dynamo, le Floride, le Ferrailleur, la Scène Michelet, ou même l’Altercafé et autre Remorqueur, on était pas les plus mal lotis en France pour s’abimer le foie et les oreilles tard dans la nuit. Mais là il faut bien avouer qu’on passe un cran au dessus, et le Stakhanov s’est imposé comme the place to be en quelques semaines, profitant peut être aussi de la programmation en berne de Stéréolux, qui nous gratifie pour cette rentrée de glorieux artistes comme Orelsan ou Justice… Dès l’ouverture, le public a répondu en masse à l’appel des six patrons bien connus de l’endroit, profitant de ses nombreux atouts : un grand espace sur deux niveaux et ses deux bars, un fumoir à l’étage, des consos pas chères, un service efficace, une situation hyper-centrale, et bien sur une excellente programmation musicale qui vous débaucherait tous les soirs.
Un vrai club donc, digne d’une capitale, dont on parle à ses amis en rentrant de voyage, un endroit ou on peut faire des rencontres et des belles fêtes en plein centre, qui fait la nique a tous ceux qui veulent éloigner  la populasse nocturne de l’autre côté de la Loire. Alors ça y est c’est plié ? Tout serait parfait au Stakhanov ? Pas tout a fait, le seul hic réside dans l’absence de scène pour accueillir les concerts. Les groupes jouent au sol sur une moquette ce qui vous condamne malheureusement à scruter le dos ou la tête de votre voisin de devant, à moins de s’être placé en avance dans les premiers rangs. Un défaut pas négligeable pour un club dédié aux concerts, on espère que l’équipe trouvera vite une solution à ce problème qui amène quand même pas mal de frustrations aux gens qui mesurent moins de 2m10.

Malgré ce petit désagrément, les deux premiers concerts proposés en ces murs ont offert une excellente entrée en matière. Après avoir commencé « en douceur » avec des soirées mix prises d’assault, le Stakhanov a véritablement ouvert les hostilités le 8 janvier avec une très bonne soirée proposée par Back to Garage. A l’affiche, l’un des premiers concerts de Pic-Nic Break (mené au chant-guitare par le serveur d’un bar local bien connu ou les chiens font miaou) et leurs belles chansons de garage pop aérienne, suivi d’autres nantais, les Blondi’s Salvation, dans un style beaucoup plus saturé, mélange de rock, de transe et de psychédélique. En tête d’affiche, une bande de petits jeunots, Le Pécheur, nous a envoyé sa poignée de tubes garage en puissance, voix résonnantes et nasillardes, guitares en arpèges toutes en trémolo et distorsion. On ne voit pas grand chose, le son est vraiment trop fort mais les trois groupes sont excellents, il y a beaucoup de monde pour un dimanche soir, premier concert très réussi.

Le 14 janvier, c’était au tour des Loubards Pédés d’investir le Stakhanov, en accueillant deux groupes de Normandie. Le quintet Wine assure brillamment la première partie, avec son mélange de folk songs et d’indie rock. En second, on retrouve nos chouchous du mois de décembre, les Jesus Christ Fashion Barbe, l’une des découvertes des dernières Transmusicales. C’est bien simple ce trio n’a que des tubes, leur concert folk-rock-pop est juste parfait mais un peu court, une grosse demi-heure tout au plus (retrouvez les dans notre playlist du meilleur de 2011). Les deux Djettes Rustine et Foufoune déclenchent des twists endiablés en conclusion avec leur mix de rock 50’s-60’s. On ne voit toujours pas grand chose, le son est moins fort, et le club est plein comme un oeuf, le deuxième concert transforme l’essai, 2-0 pour le Stakhanov.

.

Et ce n’est que le début, des dizaines de bons concerts nous attendent dans les mois à venir, avec de belles surprises, des release-partys… Pour vous tenir au courant, jetez régulièrement un oeil à notre agenda ou connectez vous sur le site www.stakhanov.fr et sur la page Facebook du Stakhanov.

Le Stakhanov – 7 rue de la Baclerie, Nantes, ouvert du mardi au samedi de 19h à 2h

Listen ! Listen ! Listen !
Pic-Nic Break
The Blondi’s Salvation
Le Pécheur
Wine
Jesus Christ Fashion Barbe

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>