Les Pillow Pilots jouent Dracula au Cinématographe

Dans le cadre des ciné-concert BulCiné, le précieux Cinématographe de Nantes accueillait mercredi 21 le duo Pillow Pilots pour assurer la musique d’une étrange version chorégraphiée de Dracula.

Le beau cinéma en pierre apparente de la rue des Carmélites est complet pour l’occasion. Dracula : Pages From a Virgin’s Diary est un film muet de Guy Maddin, cinéaste canadien, adapté d’un ballet du Royal Winnipeg Ballet. Bien que réalisé en 2002, le film semble avoir été réalisé dans les années 1920, en noir et blanc avec des touches de couleurs sur le sang ou l’argent, des effets spéciaux d’époque et de rares dialogues sur fond noir. Ça donne une espèce d’ovni auquel on comprend pas toujours grand chose, avec des vampires qui dansent avec des filles qui font des pointes et des entrechats, d’autres avec des croix et des colliers de gousse d’ail et des gens pas d’accord à la fin, avec des pieux. On a en plus vite fait de se laisser distraire par les musiciens jouant devant l’écran, le très bon duo nantais Pillow Pilots, accompagné pour l’occasion d’un troisième musicien, oeuvrant sur un étrange générateur de fréquences plein de boutons.
Le groupe a pris un parti pris assez rythmé pour cette adaptation, la batterie est omniprésente côté cour, échangeant avec la guitare, le clavier, la voix et les bidouillages sonores côté jardin. Le groupe suit le rythme des danses et de l’action sachant laisser retomber la pression avec de courtes nappes sonores. Il y a souvent du vocoder sur la voix, combinée aux nappes de clavier l’ensemble fait parfois penser à Air, avec un côté onirique assez envoutant. Certains moments plus pop, qui rappellent l’univers du groupe, révèlent de très belles mélodies qu’on aimerait pouvoir retrouver dans de futures chansons du duo.  Mais il y a peu de chance pour que cela arrive, la pièce jouée ce soir est unique et on imagine l’immense travail fourni pour écrire 1h15 de bande originale. Malgré quelques longueurs, peut être dues au film, l’ensemble est vraiment réussi, les tonalités et les rythmes se marient parfaitement à l’image. Pendant le générique, les musiciens concluent par une belle ballade finale et un sobre merci, bonne soirée. Bravo au groupe d’avoir su relever le défi pas facile de créer une B.O complète, d’un film muet de surcroit qui n’offre aucune base sur laquelle s’appuyer.

www.pillowpilots.com
www.lecinematographe.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>